jeudi 13 septembre 2012

Elle est làààààààà ! Et ça mérite un concours ça ;)



Yéyéyéyé Émilie, petite rêveuse est arrivée, je suis trop contente du résultat ! Je le trouve trop beau cet album !!! C'est toujours émotionnellement fort de découvrir le livre en vrai, j'adore ça ! Merci encore à Anne Théréné, l'auteur de m'avoir fait confiance et aussi de cette belle rencontre et merci à Patrice, l'éditeur de Nord Avril.

Et pour vous en faire profiter, je vous propose donc un petit concours 
pour gagner un exemplaire dédicacé. 
Racontez-moi une étourderie qui vous a mis 
dans une situation cocasse !
Vous avez jusqu'au mardi 2 octobre minuit, 
le tirage au sort se fera le lendemain (mercredi 3 octobre).
J'ai hâte de vous lire et de me marrer :)

40 commentaires:

  1. alors là, je vais gagner !
    Alors, le contexte:
    j'ai 24 ans, je suis sur Paris pour des RV d'illustrations et je loge chez ma soeur.
    Elle emmène ses enfants à l'école et part travailler... je reste donc seul avec son chien (petit, genre qui ressemble à rien).
    Je glandouille en claçon dans l'appart avant mes premiers RV. On sonne à la porte en bas, je descends pour ouvrir au facteur et là... le chien me file entre les jambes, je le rattrape et quand je remonte (la lettre récupérée sous un bras, le chien dans l'autre) je me retrouve porte fermée devant l'appart de ma frangine.
    Me voilà en caleçon, un chien sous le bras coincé !!! Que faire ? eh bien, ne pas rougir, ne pas avoir honte et aller à l'école de mon petit neveu chercher un double des clés (celui prévu pour la nounou) !
    Donc, me voilà traversant les rues et rentrant dans la cour de l'écoie où je suis accueilli par la directrice (qui m'a vu venir, bien sûr) pour demander à récupérer une clé d'appart ! Gloups, la méga honte !!! J'en ris encore, ceci dit (maintenant) .
    Bises de laurent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Extra ! J'en rigole rien que de visualiser la scène !

      Supprimer
  2. Bravooo !
    Rien d'aussi terrible que Laurent :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, mais faut pas se laisser intimider par Laurent, faut participer, ça peut-être une scène cocasse de vos enfants, votre mari, vos amis,...

      Supprimer
  3. ben pas plus tard que ce matin, j'ouvre le jus d'orange pour servir, je le repose (allez savoir pourquoi) je reviens et je l'agite tout bien comme il faut.... sans le bouchon ! (c'est mon quotidien tête en l'air !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah ah !!! morte de rire je suis !

      Supprimer
    2. Ahahaha, ça m'arrive aussi, c'est la faute au réveil qui sonne trop tôt le matin ça ;)
      Et Claire, t'as vu on se marre ;)

      Supprimer
  4. alors, les filles... la barre est haute, hein ?
    Je vous ai pas parlé de mon premier RV de boulot pour faire un pub pour une banque ? Houla, du lourd !
    Et celle où j'ai bêtement fais croire que ma maison (Villa Magnolia) était l'ancienne maison de Cloclo et que ma cliente (encore une banque) l'a cru et répété en rentra à l'agence... Gloups, ensuite... du très très lourd !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais quel clown celui- là, faites le taire les filles, il vous nargue, ne vous laissez pas faire !!!

      Supprimer
  5. Un jour où j'étais en réunion hyper sérieuse avec 10 personnes autour de la table (sinon pas drôle), je sens un truc me gêner au niveau de ma manche. Genre un truc tout chiffon à l'intérieur. Je farfouille discrètement et j'en ressors...une chaussette, que je cherchais depuis quelques temps (je ne sais toujours pas comment elle avait atterri là. Je crois que j'ai vu toutes les réactions possibles autour de la table : énervé, amusé, désespéré, interloqué...bah quoi, c'était qu'une chaussette ! :)

    RépondreSupprimer
  6. Bravo!!! :D Bon moi, je ne sais pas trop à froid comme ça, je dirais : c'était en court de droit, j'arrive dans l'amphi, j'enlève mon manteau et je trouve que mon col roulé rebique un peu. Hum, je touche le cou et je sents l'étiquette au niveau de ma gorge! Col roulé à l'envers et à l'envers! ^^ J'ai filé au wc arranger tout ça! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, tout à l'envers, j'ai pas encore fait mais je pense que j'y arriverai un jour aussi ;)

      Supprimer
  7. Félicitations pour cet album !
    Alors une anecdote avec ma fille, 2 ans et demi, pendant le mois d'aout.
    Nous sommes à la pharmacie, il y a du monde, et ma fille n'a pas très bien encore compris la notion de l'intimité. Elle lève sa robe bien haut, et montre à tous les clients sa petite culotte Hello Kitty, et moi qui me retrouve à lui courir derrière dans la pharmacie pour qu'elle baisse sa robe et lui expliquer que ça ne se fait pas ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahahah j'ai la même fille :) Et j'ai aussi un fils qui veut vivre tout nu :)

      Supprimer
  8. Bravo Berthe pour ce bel album. Voici mon anecdote:
    C'était un jour de l'an , j'avais promis à une amie de Reims de venir le fêter chez elle.
    Sauf que depuis quelques années, je le fêtait chez ma voisine, amie et aussi ma directrice de colo(celle qui me pourvoyait en travail l'été) , je n'osais pas lui dire que j'avais envie de changer. J'ai donc raconté que je passerai le jour de l'an chez mon nouveau petit ami en bretagne. Malheureusement, à 17 heures, heure de mon train (j'habite dijon), elle décide de m'accompagner à la gare.Je tremblais comme une feuille à l'idée qu'elle ne découvre la supercherie. Par une chance incroyable, mon train pour Reims comprenait également une rame pour Paris dans laquelle je me suis engoufrée car pour aller en Bretagne de chez nous, on passe par Paris bien sûr. Voilà mon Paris/Reims parti et moi , toute joyeuse et soulagée. Devinez quoi? La rame pour Paris s'est détachée sitôt sortie de Dijon. Je n'allais plus à Reims, mais à Paris. Grrr! J'ai dû reprendre un autre train pour Reims dans la nuit pour arriver enfin à mon jour de l'an vers 3 heures du mat!

    RépondreSupprimer
  9. Réponses
    1. Et dis donc c'est pas une anecdote ça Valy, va falloir faire un effort et m'en avouer une :)

      Supprimer
  10. J'allais prendre le bateau le 8 août. Tout était prêt pour partir en vacances :) je prends le métro afin de rejoindre mon train pour Marseille ... Mais arrivée à la gare ... Pas de train ! Je vais vers le guichet des renseignements prête à sortir mes griffes ... Quand l'hôtesse m'annonce que le train ne serait la que demain ... Vu qu'on était que le 7 ! Je me suis trompée de date ... Trop pressée de partir :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est marrant je ne suis pas étonnée ! Sacré toi va !

      Supprimer
  11. Ben moi je voulais montrer ma belle mobylette toute neuve à mes amis.Alors je suis allée faire un tour en ville.Et d'un coup d'un seul, j'ai une oreille qui s'est mise à me chatouiller.J'ai donc glisser délicatement ma main sous mon casque pour me gratter et là,la voiture devant moi a brusquement pilé pour laisser traverser un piéton.La main coincée sous le casque,je nai pas maitrisé l'arrêt d'urgence et je suis rentrée dans le derrière de la voiture devant une terrasse de café pleine à craquer de potes que je voulais impressionner.Plus de peur que de mal mais surtout la honte de ma vie !!!
    Bizzz à vous 4.

    RépondreSupprimer
  12. Étourdie, tête en l'air, c'est tout moi. Je passe mon temps à retourner chercher le truc que j'étais partie chercher et j'ai oublié en route.
    Ça génère parfois des situations rigolotes. Il y a bien longtemps maintenant, quand j'étais une jeune étudiante, je suis allée à la Fac avec un badge jouet Kinder (vous savez les petits jouets dans les oeufs) accroché à mon gilet. J'ai présenté un exposé sur Rabelais en TD avec mon super badge. Trop la hontelol. Personne ne m'a rien dit. C'est juste au RU le midi quand j'ai rejoint mon chéri, qu'il me l'a fait remarqué.
    Je faisais nounou le matin pour mes petits voisins. On jouait avec leurs petits Kinder et j'avais mis le badge pour rigoler. Mais étourdie, je ne l'ai pas retiré. Et voilà comment on peut faire un exposé super sérieux (enfin Rabelais ne m'en aurait pas voulu car il avait beaucoup d'humour)avec une tenue beaucoup moins sérieuse.

    RépondreSupprimer
  13. Moi, celle qui me vient tout de suite à l'esprit, c'est le jour où je me suis retrouvée avec l'arrière de la jupe coincée dans le collant ! maintenant, j'en ris ! Pas sur le moment ! :D
    Bravo ma belle !!

    RépondreSupprimer
  14. ça y est j'ai trouvé !
    C'était il y a quelques années à un salon du livre. Le soir on mange tous ensemble, grande tablée, repas super sympa. Et on commence à parler d'animaux, chacun y va de son anecdote et bien sur je ne parle que de mon Jean-Louis, mon chat, mon ami qui a un prénom si pourri, ça fait rigoler tout le monde et chacun surenchérit. On boit beaucoup, on rigole beaucoup, bref on passe une super soirée. Et le lendemain dans les allées du salon, on se retrouve, je discute avec ma voisine de table de la veille et on aperçoit au loin, l'illustrateur qui a mangé en face de moi, elle l'appelle : " ça va Jean-Louis, bien dormi ?". Elle me regarde en se marrant. Aïe ! je deviens liquide... J'étais la seule apparemment à ne pas avoir enregistré son prénom. C'est peut-être pour ça que tout le monde était mort de rire quand je parlais de mon chat... sauf lui...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ex-cel-lent ! Comment je t'imagine ;)
      Laurent a de la concurrence là ! C'est du lourd ma p'tite dame !

      Supprimer
    2. ah oui ça c'est du Claire !!!

      Supprimer
  15. Claire, excellent ! :)

    j'ai retrouvé mes clés dans le congélo,
    j'ai poursuivi un monsieur dans un magasin en pensant avoir reconnu mon ancien prof de maths alors que c'était Alain Duhamel ...le pauvre me répétait "non, non, je ne suis pas votre prof de maths, je vous assure",
    j'ai expliqué à une nouvelle prof de natation que je la voulais, elle, pour apprendre à nager à ma fille ... "parce que l'autre prof est beaucoup trop sévère, je n'aime pas du tout la relation qu'il a avec les enfants", et elle m'a juste répondu : "j'en sais quelque chose, c'est mon père..." Grrrr ...
    Et très récemment, à un pot de départ d'une éditrice dans un endroit très chic à Paris, je me suis essuyé le visage (il faisait 70 degrés dans ce salon) avec les petites serviettes du buffet. J'ai discuté avec des gens et je suis allée aux toilettes. Là, en me voyant dans la glace, j'ai constaté que j'avais le visage couvert de tas de petits morceaux de serviette blanche accrochés.
    voilà voilà j'arrête mais, comme Leia, j'en ai tous les jours des trucs comme ça ... je finis par m'y faire ...

    bravo en tout cas ! et merci pour ce concours rigolo

    RépondreSupprimer
  16. Moi aussi je les collectionne... allez, la dernière en date (c'est-à-dire hier):
    Se tromper d'horaire pour aller chercher mon fils à l'école... Coup de fil de la maîtresse : "J'attends quelqu'un pour venir chercher Thibaut !"
    ça, c'est fait et je n'en suis pas fière du tout ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihihi ! J'ai déjà eu un appel de ce genre, c'est un grand moment de solitude, je confirme, trop la honte !

      Supprimer
  17. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  18. Excellentes, toutes ces anecdotes!
    Bravo pour ce bel album Berthe!

    Allez, je me lance!
    Alors moi, j'étais dans le rayon vêtements enfants d'une grande surface, pendant que mon mari explorait le rayon logiciels.
    Une fois les vêtements choisis, je le rejoins, et le prends amoureusement par la taille... Sauf que... Ce n'était pas lui!!! :D

    Ah, et l'anecdote d'Ingrid me rappelle des souvenirs... En CM2, en mettant mon cartable sur le dos, ma jupe s'est coincée derrière... J'ai donc fait tout le trajet à pied jusqu'à chez moi, la jupe relevée. J'ai compris pourquoi tout le monde riait à mon passage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent Sandrine ! Alors il était content ce monsieur de se faire attraper la taille par une autre femme ? J'imagine que oui :)

      Supprimer
    2. voici la mienne... Descendant un matin, au restaurant d'un hôtel à l'autre bout du monde, à une heure tardive de mon horloge biologique, je m'installe à la table d'une personne que je croyais de mon équipage. Je lui fais la bise, lui raconte la nuit horrible que je viens de passer à cause du décalage, lui parle du vol aller fatigant à cause des passagers super exigeants... Et lorsque je vois un autre collègue au buffet, il me demande comment ai-je fait pour sympathisé si vite avec le passager "Première classe" !!! la boulette!!! Je m'étais incrustée à la table du passager "Premiere" que j'avais servi la vielle sur mon vol!!! oups!!

      Supprimer
  19. Il était surtout interloqué, sur le coup... :D Et mon mari aussi!!! ;)

    RépondreSupprimer
  20. j'ai raté le concours avec le décalage horaire...tant pis ! bonne chance à tous !

    RépondreSupprimer